L’amour au compte-gouttes ?

L’amour au compte-gouttes ?


« – Bonjour Madame, que puis-je vous servir ?

– Bonjour Monsieur, de l’amour s’il vous plait ?

– Oui de l’amour ok. Avec de l’eau fraîche ou sans ? »

 

L’amour absolu, l’amour amical, l’amour physique, l’amour platonique, l’amour spirituel… Et si la vie c’était juste la conjugaison de tous ces amours, des fois tous en même temps, et des fois un par un, suivant les relations que nous avons à vivre ?

Pour la première fois de ma vie, j’ai vécu tous ces amours en même temps : parfois c’est l’amour « amical » qui se manifeste naturellement lors d’une sortie où l’ambiance est à la rigolade entre « amis », puis d’un coup, quelques minutes après, c’est l’amour « amoureux » qui scintille et qui se concrétise par l’amour « physique », puis l’amour « platonique » qui apporte son lot de douceur, d’espoir, de rêves et donc de liberté.

En une journée, un moment, une soirée, tous ces amours peuvent s’exprimer librement et le conscientiser est magique. Car avoir toutes ces formes d’amour permet de nourrir un système évolutif, non routinier et riche. Un système où chaque partenaire peut dévoiler tranquillement ce qu’il est.

Vous le savez aussi bien que moi : quand nous sommes avec nos amis, nous activons une facette de nous qui est différente de celle que nous activons avec notre amoureux. Et c’est naturel et simple, on ne se pose même pas de question. Le système se met en place tout seul.

Et bien vivre tout cela avec une seule et même personne et constater sur le moment que nous pouvons des fois être amie, amante, partenaire professionnelle, conseillère ou oreille bienveillante et autres, c’est fascinant.

Qu’est ce que cela apporte ? Clairement une grande fierté d’être entière. Car oui je suis entière quand j’aime les personnes qui entrent dans ma vie. Grâce à cette relation, j’en ai encore la confirmation.

Et l’amour de soi dans tout cela ?

Et bien l’amour de soi est nourri quand nous sommes conscient d’avoir toutes nos parties qui s’expriment au moment juste, qu’aucune d’entre elle n’est laissée de côté ou frustrée. C’est un grand sentiment de bonheur et de liberté car nous pouvons être nous-même en toute circonstance, puisque de toute façon la relation nous amène à vivre cela. On ressent une réelle sensation d’accomplissement. Cette respiration profonde et calme qui dit : je suis bien. Une grande première pour moi.

Et pour une dépendante affective en voie de guérison, c’est un réel bonheur de se sentir libre d’être soi, et donc de ne pas avoir à adopter une attitude pour ne pas être abandonnée, ne plus avoir à être caméléon pour plaire, puisque c’est mon entièreté qui est recherchée et qui plait à l’autre personne. Une sensation d’être enfin dans l’union de soi. Enfin, je suis MOI.

L’objectif de cet article est de témoigner sur la puissance du cœur, de ne pas regretter de se laisser aller à ce que l’on ressent car comme je le dis souvent, c’est ce qu’on emporte quand on part 🙂 Cette jolie valise de souvenirs, de moments de douceur et aussi d’intensité, de joie, de folie. Jamais plus je ne me priverai de vivre les choses intensément à cause de peurs, ou de « ce n’est pas bien » ou « il ne faut pas ». Avoir le souffle coupé par la vie, grâce à la nature, grâce à l’art et grâce à nos relations avec les autres est un vrai cadeau. Aucun regret !

Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point.

Blaise Pascal

 

Cette citation prend tout son sens. Même si les histoires d’A ne finissent pas toujours mal, mais peuvent parfois être accompagnées d’un verre d’eau glacée lancé en plein visage, au final ce qui nous tient en vie c’est le cœur, aussi bien en tant qu’organe bien sûr, mais aussi en tant que moteur, accompagnateur, créateur de rêve et déclencheur de joie.

 

Charline.

Il est 1 commentaire

Ajoutez votre commentaire