Pensées positives : cessez de broyer du noir

Pensées positives : cessez de broyer du noir


(Source : https://www.reussitepersonnelle.com)

Les pensées positives ne sont pas réservées aux moines bouddhistes en toge colorée, affrontant leur destin avec un flegme absolu, méditant pour se rapprocher chaque jour de l’illumination.

Avoir des pensées positives, c’est un état d’esprit que chacun peut développer à son niveau pour affronter au mieux les épreuves qui accidentent son quotidien.

Tout n’est pas blanc ou noir

Avoir des pensées positives, c’est en quelque sorte voir le verre d’eau à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.

Il n’y a pas de vie objectivement plus heureuse qu’une autre. Tout est question de ressenti.

Et chaque événement de votre vie pourra être interprété comme une chance ou un malheur.

Si par exemple vous avez un accrochage avec votre voiture qui abîme celle-ci et vous met en retard, comment allez-vous réagir ?

La majeure partie des gens se sentiront stressés, agacés, voire choqués par cet accident.

Beaucoup le percevront de manière négative puisqu’il n’était pas désiré.

Personne ne veut avoir un accident de voiture… En réalité, on pourrait voir les choses d’un point de vue différent.

La personne ayant des pensées positives se réjouira de ne pas être blessée, d’avoir pensé à mettre sa ceinture de sécurité ou d’avoir souscrit à une bonne assurance alors que celle qui broie du noir se plaindra de devoir faire un constat ou du fait qu’elle est en retard au travail.

Tout événement perçu comme négatif peut avoir quelques côtés positifs.

Il n’est pas question d’occulter ce qui nous chagrine, mais de ne pas se focaliser uniquement dessus.

Perdre son emploi par exemple est souvent vécu comme une tragédie, mais c’est aussi l’occasion de se réorienter professionnellement, de se lancer dans des projets que l’on n’avait jamais osé concrétiser.

Voir le bon côté des choses au quotidien

Et il n’y a pas que dans les situations dramatiques qu’il ne faut pas tout voir en noir. Dans vos petits tracas quotidiens aussi.

Souvenez-vous lorsque vous étiez enfant.

La rentrée des classes n’était pas si horrible qu’elle l’est dans le monde des adultes.

Pourquoi ? Parce que l’enfant ne voit pas le monde avec les mêmes yeux.

Il est souvent beaucoup plus optimiste que l’adulte et même que l’adolescent.

La rentrée des classes, c’est certes se lever tôt pour étudier, mais c’est aussi l’occasion d’acheter un nouvel agenda, de retrouver ses amis, de s’en faire de nouveaux, de découvrir un nouveau programme, une nouvelle salle de classe, de nouveaux enseignants.

Vous aussi vous pouvez regarder le monde avec des yeux d’enfant.

Aller au travail le matin, c’est certes le cri strident du réveil, l’attente du métro en retard par 10 degrés sur un quai qui sent l’urine et le stress de ne pas atteindre ses objectifs.

Mais c’est aussi le plaisir de prendre un petit déjeuner en musique, de faire des mots croisés sur le trajet et de retrouver ses collègues préférés à la machine à café.

Tout est question de point de vue.

Penser aux solutions plutôt qu’aux problèmes

Il n’y a pas de problème, il n’y a que des solutions.

Le meilleur moyen d’avoir une vie triste et peu épanouissante, c’est de s’apitoyer sur son sort, d’estimer qu’on n’a pas de chance ou de rejeter la faute sur les autres, sur la politique, sur la météo ou sur son patron.

Les personnes qui ont des pensées positives sont dans l’action.

Lorsque leur métro est bloqué, elles marchent jusqu’à la prochaine station.

Lorsqu’elles s’ennuient au travail, elles commencent à chercher quel autre métier leur plairait.

Lorsqu’elles manquent d’argent, elles révisent leur budget.

Elles cherchent des solutions plutôt que de voir des difficultés.

Il ne s’agit pas d’occulter les problèmes, mais de les considérer comme des épreuves surmontables et de se concentrer sur la manière de les régler plutôt que sur la gêne occasionnée.

Découvrir les autres astuces pour penser positivement

Il est 1 commentaire

Ajoutez votre commentaire